Critiques Récentes

 

Venere

Requiem, Mozart avec l'Orchestre Symphonique de Québec (alto solo)

""Les timbres de la soprano Kimy Mc Laren et la mezzo-soprano Maude Brunet se mariaient particulièrement bien et illuminaient doucement certains passages. (...) Chanteurs et musiciens ont construit une série de moments de recueillement, d'élévation et de félicité."
La Presse, 2017

L'isola disabitata, Haydn avec Thirteen Strings Chamber Orchestra (Costanza)

“Mezzo Maude Brunet was the glum older sister Costanza. Her voice has an alluring black-coffee colour….”
Ottawa Citizen, 2016

Cantates, Bach avec l'Ensemble Caprice (alto solo)

"(Elle a su) briller par la beauté du timbre, une bonne projection et la capacité de transmettre les émotions suggérées par le texte et la musique."
Revue L'Opéra, 2016

Psaume 51, Bach avec les Violons du Roy au Festival de Lanaudière (alto solo)

"Ce qui s’est passé ensuite dans le Psaume 51 de Bach (...) tenait du miracle. La mezzo Michèle Losier, après avoir fait toutes les répétitions, s’est retrouvée aphone le matin du concert. Maude Brunet l’a remplacée au pied levé et il n’en est quasiment rien paru dans une oeuvre qui regorge pourtant de duos avec sa consoeur Mireille Asselin. (...) Les deux timbres se mariaient fort bien."
Le Devoir, 2015

L'Étoile, Chabrier avec la Société d'Art Lyrique du Royaume (Lazuli)

"Maude Brunet (Lazuli) a composé un rôle travesti très crédible."
Revue L'Opéra, 2015

"De son côté, la mezzo Maude Brunet rend bien la verve de Lazuli."
La Presse, 2015

 Requiem, Mozart avec le Festival Orford (alto solo)

"Maude Brunet, mezzo-soprano, s'est particulièrement illustrée. Sa voix ronde, dans le grave comme dans l'aigu, avait une belle résonance."
Revue L'Opéra, 2014

Juditha Triumphans, Vivaldi avec l'Ensemble Caprice (rôle-titre)

"Vivaldi’s Juditha triumphs in its Montreal première with Ensemble Caprice. Maude Brunet’s warm and attractive mezzo admirably rendered the lyrical aspects of Juditha’s character."
Bachtrack, Richard Turp, 2014

Cantates de Bach avec Thirteen Strings (alto solo)

"Mezzo Maude Brunet’s rendition of the first aria, Wo zwei und drei, got things off to a good start.(...) The soprano-alto duet Den Tod niemand was especially beautiful ."
The Ottawa Citizen, 2013

Giulio Cesare, Handel avec Thirteen Strings (Sesto)

“Also notable was Maude Brunet who, as Cornelia's vengeance-driven son Sesto, virtually set the stage afire with well-sung fury.”
The Ottawa Citizen, 2012

Der Tag des Gerichts, Telemann avec le Festival Montréal Baroque (alto solo)

“Maude Brunet sang her solos warmly.”
The Gazette, 2012

Rose Marie, Friml avec Wish Opera (rôle-titre)

“Mezzo-soprano Maude Brunet was charming and effervescent in the title role with a voice that was at once rich and bright.  One might have thought that the once-popular “Indian Love Call” was too hackneyed now to be effective, yet when sung with such youthful ardour by Brunet and Delaney its attractions shone like new.”
The Whole Note Magazine, 2011

Beautiful singing by lead Maude Brunet as Rose Marie.”
The Intelligencer, 2011